et ne dites pas que c’est un détail

et ne dites pas que c’est un détail

et ne dites pas que c'est un détail

Dès le soir du premier tour des Présidentielles, nous étions dans la rue, et nous y sommes retournés entre le 21 avril et le 5 mai, pour rappeler qui est Le Pen. Raciste, antisémite, négationniste, tortionnaire de la guerre d’Algérie, sexiste, homophobe, Le Pen souhaite par ailleurs l’élimination des séropositifs : il veut les enfermer dans des camps, les “sidatoriums” ; il distingue les victimes innocentes des “malades de la sodomie” ; il entend imposer des tests de dépistage du VIH aux frontières, etc, etc.

manif3 - 8.4 koContre les séropos, Le Pen a déjà gagné une victoire : celle d’avoir imposé le terme de “sidaïques” pour qualifier les malades du sida. Demandez à votre entourage, vous verrez que ce terme n’a rien de choquant pour la plupart des gens qui vous entourent. Ce mot, pourtant, a été forgé de toutes pièces par Le Pen, qui fait rimer “sidaïques” avec “judaïques” – toutes personnes qu’il rêve d’enfermer dans des camps. “Sidaïques” : pour beaucoup, ce terme est neutre – et ça, c’est déjà une victoire de Le Pen. Il faut donc le rappeler ici, le terme de sidaïque est blessant, insultant et dangereux. Ne l’utilisez plus jamais. Expliquez à votre entourage pourquoi il ne faut plus l’utiliser.

Les mots sont importants, en politique comme ailleurs. Mais quand on entend combattre le Front National, le choix des termes devient essentiel. Au cours des évènements qui ont ponctué l’entre-deux-tours des Présidentielles, manifs ou forums, nous avons dû rappeler à l’ordre tous ceux qui, au nom de la lutte contre le Front National, nous insultaient, nous les pédés, les gouines, les trans, les femmes, les malades du sida. Dans certains cortèges, on pouvait lire ou entendre : Le Pen, enculé ; ou encore “Le Pen, serre les fesses, on arrive à toute vitesse”. Au cours des forums, des intervenants dénonçaient les partis de gauche qui “nous la mettaient, bien profond”.

manif4 - 14.5 koÀ tous ceux-là, il a fallu le rappeler : nous faire enculer, nous la faire mettre, bien profond, est source de plaisir. Au nom de quoi pourrions-nous accepter que cela soit la marque d’un mépris ? Il faut bien comprendre : je manifeste, avec des milliers et des milliers de gens dans la rue, contre une personne et les idées qu’elle incarne, et soudain j’entends “Le Pen, enculé”. Je suis moi-même un enculé, et j’adore ça. À ce moment, je n’ai plus envie d’être aux côtés de ces gens avec qui je manifestais. Nous avons le même ennemi, mais nous ne sommes plus dans le même camp.

Il s’agit bien de correction politique. Et cela ne se limite pas au sida. Quand on est séropositif ou sidéen, et qu’on lit sur une banderole, le 1er mai, “Le Pen = le sida de la France”, cela fait mal. Mais quand on est aveugle, et qu’on vous dit que des pancartes affichent fièrement : “Au pays des aveugles, le borgne est roi”, pour faire un bon petit jeu de mot sur le handicap de Le Pen, il y a de quoi hurler.

Combattre Le Pen, combattre la droite au gouvernement, oui. Ensemble, sans doute. Mais cela ne pourra se faire que si les forces de gauche, celles qui se disent progressistes ou révolutionnaires, prennent conscience de la haine et du mépris que véhiculent tous ces mots : haine du pédé, de la femme, du malade, du handicapé. Nous stigmatiser ainsi n’est sans doute pas le meilleur moyen de combattre la droite et l’extrême-droite.

Comments are closed.
Share via
Copy link
Powered by Social Snap