Archive May 16, 2020

Des homophobes à l’Assemblée, une menace pour les minorités

Des homophobes à l'Assemblée, une menace pour les minorités

“Stérilisez-les !” [les homosexuels]* Pierre Lellouche, réélu dans la 4ème circonscription de Paris

“Ce texte[le PaCS] créé une équivalence entre l’homosexualité et l’hétérosexualité qui sont placés à peu près au même niveau. (…) C’est une sorte de maïs transgénique en matière de relation humaine.”* Renaud Dutreil, en ballotage favorable dans la2ème circonscription de l’Aisne

“le PaCS sera en réalité la voiture-balai des régularisations de sans-papiers, et cela nous ne pouvons l’accepter.”* Thierry Mariani, en ballotage favorable dans la 4ème circonscription du Vaucluse

Dimanche, Pierre Lellouche, Hervé Gaymard, René Galy-Dejean, Jean-François Mattéi et Gilbert Meyer, ont été réélus dès le premier tour des élections législatives.

Renaud Muselier, Renaud Donnedieu de Vabres, Renaud Dutreil, Dominique Dord, Dominique Versini, Pierre Cardo, Christine Boutin, Thierry Mariani, Patrick Devedjian, Henri Plagnol, Bernard Accoyer et Robert Grossman sont quant à eux en ballotage favorable pour le second tour.

Tous ces hommes et ces femmes étaient candidats de l’UMP, le parti de Jacques Chirac, au premier tour de l’élection législative et ils ont tous fait preuve au moment du PaCS (voir les citations ci-dessus) – ou après d’une homophobie particulièrement éloquente. Act Up-Paris exprime sa consternation et sa colère de voir ces homophobes confirmés dans leurs fonctions ou en passe d’être (ré)élus.

En cas de victoire de la droite au second tour, dimanche prochain, l’élection des premiers et la possible élection des seconds est une menace pour la sécurité des minorités. Depuis le 5 mai, la droite au pouvoir s’est déjà lancée dans une politique répressive à l’égard des minorités : répression des sans papiers, rafles de prostituées, recrudescence des agressions d’homosexuels par des policiers sur les lieux de drague.

Si le 16 juin, la droite est majoritaire à l’assemblée, elle aura avec des députés qui ont exprimé leur haine des homosexuels et des minorités, la pleine capacité de poursuivre et d’accentuer sa politique de répression des sans papiers, des prostituées, des homosexuels, des usagers de drogues et des malades du sida.

Act Up n’oublie pas le passé et appelle tous les électeurs à faire barrage à tous les députés homophobes et réactionnaires cités ci-dessus pour le second tour.

Act Up exige une loi qui pénalise l’insulte homophobe.

gouvernement Raffarin : des pédés au gouvernement ; une ouverture à droite ?

gouvernement Raffarin : des pédés au gouvernement ; une ouverture à droite ?

Act Up-Paris se réjouit de la présence au gouvernement de deux ministres homosexuels. Nous espérons qu’il faut y voir un signe que ce gouvernement saura respecter les minorités sociales et politiques que sont les malades du sida, les homosexuels, les lesbiennes, les étrangers, les usagers de drogues, les femmes, les précaires et les prostitué-e-s.

Pourtant, rien n’est moins sûr. La présence au gouvernement de personnes notoirement homophobes, qui ont violemment combattu le PaCS et les homosexuels en 1998, laisse craindre le pire. À ce titre, ce gouvernement est déjà le gouvernement du déshonneur. Cette présence concomitante d’homosexuels et d’homophobes au gouvernement pourrait donc en donner le ton : une ouverture de façade pour une politique extrêmement sécuritaire et conservatrice.

Les derniers gouvernements de droite nous ont laissé d’amers souvenirs : répression des sans-papiers par la multiplication des arrestations, des expulsions et l’instauration des lois Pasqua-Debré ; répression des précaires, gel des minima sociaux, Plan Juppé ; censure des campagnes de prévention du sida ; répression des usagers de drogues ; promesses non tenues en matière d’aide financière aux pays en voie de développement (les « 100 millions Balladur ») ; augmentation des incarcérations.

Les « vraies urgences »

Alain Juppé a indiqué mardi 30 avril que le nouveau gouvernement devra s’attaquer aux « vraies urgences ». Pour nous le sida en est une. Pourtant, il ne figurait pas dans le programme du candidat Chirac. Et il ne figure pas aujourd’hui dans les préoccupations affichées du nouveau gouvernement.

Nous n’oublions pas le passé. Nous n’oublions pas la violence des propos homophobes tenus lors des débats sur le PaCS au Parlement. Nous savons que ceux qui nous ont combattu hier nous combattront demain.

Pour Jacques Chirac, le « temps de l’action » est venu. Pour Act Up, le temps du combat continue.

 

Nous resterons vigilants. Nous ne laisserons rien passer.

Act Up zappe l’ambassade de Chine à Paris

Act Up zappe l'ambassade de Chine à Paris

Le 6 septembre dernier, le Bureau de la Sécurité d’Etat a confirmé l’emprisonnement de Wan Yanhai, leader de la lutte contre le sida en Chine. Son crime est d’avoir publié sur internet un rapport administratif décrivant la manière dont le gouvernement Chinois a sciemment contaminé des centaines de milliers de paysans par le virus du sida, en refusant d’investir dans la sécurité transfusionnelle. La crise sanitaire résultante implique directement les plus hauts responsables des autorités Chinoises dans la mesure où nombre d’entre eux sont des notables de l’industrie du sang.

Depuis que les Nations Unies ont publié en août un rapport particulièrement alarmant sur le développement de l’épidémie de VIH en Chine (le nombre de personnes contaminées décuplerait d’ici 2010), le gouvernement Chinois commence à reconnaître l’étendue de la crise, doublant la semaine dernière les statistiques officielles à 1 millions de personnes. Pourtant alors qu’il qualifie la crise sanitaire posée par le sida de “très dangereuse” et demande 90 millions d’euros d’aide internationale, dans les faits la politique que mène le gouvernement Chinois consiste à :

-  jeter les malades en prison ;
-  protéger des criminels d’Etat et leurs politiques de contamination ;
-  interdire la promotion du préservatif ;
-  interdire la production et l’importation de médicaments génériques abordables ;
-  ordonner aux médecins de ne pas informer les personnes dont le test VIH est positif de leur statut ;
-  fermer les centres de dépistage et de conseil des associations ;
-  fermer les lignes d’information téléphoniques sida des associations ;
-  discriminer l’accès aux services de protection de l’enfance des orphelins du sida ;
-  criminaliser l’usage de drogue (passible de la peine de mort en Chine) et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les usagers de drogue ;
-  criminaliser la prostitution et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les prostituéEs ;
-  nier l’existence des homosexuels en Chine et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les homosexuels.

Act Up-Paris exige du gouvernement Chinois la libération immédiate de Wan Yanhai et le lancement immédiat d’un plan national de lutte contre le sida et de prise en charge médicale réaliste, en conformité avec les engagements pris par la Chine lors de la Session Spéciale de l’Assemblée des Nations Unies consacrée au Sida juin 2001.

Act Up-Paris exige des présidents Chirac et Prodi qu’ils se prononcent publiquement, et usent de toute leur influence diplomatique et économique, en vue d’obtenir du gouvernement Chinois la libération immédiate de Wan Yanhai.