Comment l’application de rencontre Sexe Gratuit soutient la communauté LGBT

Les applications de connexion et leur utilisation comme outil pour se connecter avec des personnes en ligne se développent rapidement, ce qui signifie que de nombreuses personnes LGBT les utilisent. L’une de ces applications s’appelle Sexe Gratuit et ses créateurs la décrivent comme “une application interactive et communautaire permettant aux gens de trouver une connexion ou un rendez-vous dans leur région”. Cette entreprise s’est donné beaucoup de mal pour faire de son application le meilleur endroit où se rencontrer la communauté LGBT, ainsi que n’importe qui d’autre.

Comment le sexe gratuit est-il devenu une réalité ?

SexeGratuit a été fondé par trois gars qui voulaient créer un endroit où les gens qui cherchent à se connecter pourraient s’amuser en toute sécurité et de manière anonyme. Ils veulent également être la première application de rencontres à prendre réellement en considération leur communauté LGBT en soutenant leurs causes, en faisant entendre leur voix et en offrant des ressources à leur communauté.

L’un de leurs principaux moyens de faire en sorte que leur application se démarque de toutes les autres applications de connexion est de travailler directement avec la communauté pour obtenir leurs commentaires. C’est ainsi qu’ils sont capables de créer une communauté autour de leur application dont la communauté LGBT peut être fière et se sentir à sa place.

Comment Sexe Gratuit aide-t-il la communauté LGBT ?

Il y a beaucoup de choses que Sexe Gratuit fait pour soutenir la communauté LGBT et faire de son application l’endroit où aller pour des rencontres, des rendez-vous et des rendez-vous dans leur région.

La communauté

L’une des plus grandes choses que fait Sexe Gratuit est de travailler directement avec la communauté LGBT pour créer une communauté autour de son application. En fait, ils apportent beaucoup de soutien à la communauté LGBT et ils le font en aidant à créer une communauté de membres florissante.

Ils le font en donnant à la communauté LGBT des ressources sur leur site Web et ils parlent même de leurs expériences avec la communauté LGBT sur leur page d’accueil. Sexe Gratuit aide la communauté LGBT à se sentir à sa place dans son application et qu’elle est importante en aidant à construire la communauté. C’est pourquoi vous voyez le nombre de membres LGBT sur l’application augmenter chaque jour et aider également la communauté LGBT en leur donnant un endroit qu’ils peuvent utiliser à l’aise.

L’application de connexion

Ils font beaucoup pour aider la communauté LGBT, mais ils font aussi beaucoup pour aider la communauté lorsqu’il s’agit de se connecter. Ils permettent à quiconque de se connecter facilement avec la bonne personne et ils le font en donnant à chacun le pouvoir de trouver la personne qui lui convient. Lorsque vous cherchez à trouver une connexion, vous devez vous rendre dans la section basée sur l’emplacement de l’application. La section basée sur l’emplacement est l’endroit où vous pouvez rechercher des personnes spécifiques qui recherchent des connexions dans la région où vous vous trouvez.

Sur l’application, vous pouvez également trouver une connexion dans une zone spécifique et vous pouvez choisir une connexion à long terme ou une connexion qui ne durera qu’un certain temps. Une fois que vous avez trouvé la bonne personne, vous pouvez décider de vous connecter ou de la rencontrer ou non à un endroit spécifique. Vous pouvez également choisir la distance que vous êtes prêt à parcourir pour avoir une connexion, afin que vous sachiez que vous serez dans une zone sûre avec une personne qui vous conviendra.

Ils permettent également aux membres de la communauté de se connecter et de trouver des amis sur l’application. C’est un excellent moyen de vous faire de nouveaux amis qui vous conviendront.

Le réseau social

Ils font également beaucoup pour aider la communauté sur le plan social. Ils le font en connectant les membres de la communauté et en aidant les membres de la communauté à se connaître. Lorsque vous recherchez une connexion, vous pourrez utiliser le réseau social pour discuter avec des personnes qui cherchent à se connecter dans votre région. Vous pouvez utiliser l’application pour envoyer à quelqu’un une demande d’ami ou vous pouvez envoyer un SMS à quelqu’un si vous souhaitez discuter de la connexion.

C’est également …

Meilleures applications de rencontres pour hommes gais

Si vous parlez à un inconnu dans votre bar de quartier ou demandez à un ami de vous amener avec l’un de ses amis, vous êtes comme la plupart des gens lorsque vous vous tournez vers une application de rencontres en ligne. La bonne nouvelle est que les gens aiment ça, il y a beaucoup de possibilités mais cela peut être un peu écrasant si vous voulez trouver une date. Pendant longtemps, les rencontres ont eu tendance à être orientées vers les hétérosexuels et les hommes qui recherchent des hommes, il n’y avait donc aucune option ou fonctionnalité associée aux sites de rencontres lesbiennes. Pour votre commodité, voici les meilleurs sites de rencontres gay.

Grindr

Grindr, une application de rencontres, est une application géosociale intuitive qui permet aux utilisateurs de discuter et de rencontrer d’autres hommes à quelques mètres les uns des autres. La fonction principale de l’application est de montrer aux utilisateurs la distance exacte par rapport aux utilisateurs de leur zone locale et de fournir des liens vers les “profils de médias sociaux” des autres.

Grindr est l’une des applications de rencontres les plus populaires et les plus populaires pour les hommes gais et c’est le meilleur endroit pour commencer les rencontres gay. Les utilisateurs citent Grindr comme leur plus grande base d’utilisateurs et sa popularité est un énorme attrait ainsi qu’un excellent endroit pour explorer, discuter et se sentir connecté. Scruff est considérée comme l’application la plus fiable pour se connecter pour les gars gays, bi, trans et queer.

Scruff

Plus de 1,5 million de gars utilisent Scruff pour trouver des amis, des rendez-vous, des contacts, des événements, des conseils de voyage et plus encore. Scruff est fier d’offrir à ses utilisateurs une expérience privée et sécurisée avec une communauté amicale et diversifiée et plus de fonctionnalités que toute autre application de rencontres gay. C’est une entreprise indépendante dirigée par des LGBTQ, nous utilisons donc le nom Scruff.

Scruff utilise l’expérience de base des applications de rencontres et la personnalise pour les hommes homosexuels à la recherche d’hommes trapus et à fourrure, également connus sous le nom d’ours, d’ours polaires, de petits et de loutres. Scruff, qui prétend avoir 12 millions d’utilisateurs dans le monde, se développe dans des hôtels de style Airbnb gay-friendly qui vous permettent de savoir quand d’autres voyageurs sont en ville. Le design s’appelle Scruffier pour hommes, mais gardez à l’esprit qu’il s’agit également de l’une des applications de rencontres gay les plus populaires et de l’un des sites de rencontres gay les plus populaires, avec Grindr.

Scruff est une application gratuite, mais si vous souhaitez accéder aux fonctionnalités de recherche avancées, aux vidéos des utilisateurs et à l’historique des actualités, vous devrez payer 20 $ par mois pour Scruff Pro. Que vous en ayez marre des applications de rencontres qui n’impliquent pas les communautés trans ou queer, Grindr est la solution parfaite. Avec le plus grand réseau social de développement d’applications pour les personnes gays, bi, trans et queer, il n’y a pas le choix quand il s’agit de trouver un rendez-vous.

Scruff App est connue comme la meilleure application de rencontres publicitaires pour LGBT et l’application la plus fiable après Tinder pour les gays, bi, trans et queer. Plus de 1,5 million de gars utilisent Scruff pour trouver des amis, des contacts, des relations, des événements et plus encore.

Match.com

Match.com a été fondé en 2011 et est un réseau social ainsi qu’une application de rencontres qui vous permet de créer votre propre fil d’actualité, de rejoindre des groupes et de vous immerger dans la communauté gay en ligne. Match.com est l’une des plus grandes applications de rencontres au monde avec plus de 30 millions d’utilisateurs, conçue spécifiquement pour la communauté gay et la communauté elle-même. C’est également l’une des applications de rencontres les plus populaires car vous êtes plus susceptible de rencontrer quelqu’un là où vous vivez que dans n’importe quelle autre application et la plupart des personnes qui utilisent l’application veulent de vrais matchs et plus encore.

Place Libertine

Place Libertine n’est pas seulement une application de rencontres gay, mais une application pour tous ceux qui veulent avoir des relations sexuelles occasionnelles avec des personnes à proximité. Personne …

Des homophobes à l’Assemblée, une menace pour les minorités

Des homophobes à l'Assemblée, une menace pour les minorités

“Stérilisez-les !” [les homosexuels]* Pierre Lellouche, réélu dans la 4ème circonscription de Paris

“Ce texte[le PaCS] créé une équivalence entre l’homosexualité et l’hétérosexualité qui sont placés à peu près au même niveau. (…) C’est une sorte de maïs transgénique en matière de relation humaine.”* Renaud Dutreil, en ballotage favorable dans la2ème circonscription de l’Aisne

“le PaCS sera en réalité la voiture-balai des régularisations de sans-papiers, et cela nous ne pouvons l’accepter.”* Thierry Mariani, en ballotage favorable dans la 4ème circonscription du Vaucluse

Dimanche, Pierre Lellouche, Hervé Gaymard, René Galy-Dejean, Jean-François Mattéi et Gilbert Meyer, ont été réélus dès le premier tour des élections législatives.

Renaud Muselier, Renaud Donnedieu de Vabres, Renaud Dutreil, Dominique Dord, Dominique Versini, Pierre Cardo, Christine Boutin, Thierry Mariani, Patrick Devedjian, Henri Plagnol, Bernard Accoyer et Robert Grossman sont quant à eux en ballotage favorable pour le second tour.

Tous ces hommes et ces femmes étaient candidats de l’UMP, le parti de Jacques Chirac, au premier tour de l’élection législative et ils ont tous fait preuve au moment du PaCS (voir les citations ci-dessus) – ou après d’une homophobie particulièrement éloquente. Act Up-Paris exprime sa consternation et sa colère de voir ces homophobes confirmés dans leurs fonctions ou en passe d’être (ré)élus.

En cas de victoire de la droite au second tour, dimanche prochain, l’élection des premiers et la possible élection des seconds est une menace pour la sécurité des minorités. Depuis le 5 mai, la droite au pouvoir s’est déjà lancée dans une politique répressive à l’égard des minorités : répression des sans papiers, rafles de prostituées, recrudescence des agressions d’homosexuels par des policiers sur les lieux de drague.

Si le 16 juin, la droite est majoritaire à l’assemblée, elle aura avec des députés qui ont exprimé leur haine des homosexuels et des minorités, la pleine capacité de poursuivre et d’accentuer sa politique de répression des sans papiers, des prostituées, des homosexuels, des usagers de drogues et des malades du sida.

Act Up n’oublie pas le passé et appelle tous les électeurs à faire barrage à tous les députés homophobes et réactionnaires cités ci-dessus pour le second tour.

Act Up exige une loi qui pénalise l’insulte homophobe.

gouvernement Raffarin : des pédés au gouvernement ; une ouverture à droite ?

gouvernement Raffarin : des pédés au gouvernement ; une ouverture à droite ?

Act Up-Paris se réjouit de la présence au gouvernement de deux ministres homosexuels. Nous espérons qu’il faut y voir un signe que ce gouvernement saura respecter les minorités sociales et politiques que sont les malades du sida, les homosexuels, les lesbiennes, les étrangers, les usagers de drogues, les femmes, les précaires et les prostitué-e-s.

Pourtant, rien n’est moins sûr. La présence au gouvernement de personnes notoirement homophobes, qui ont violemment combattu le PaCS et les homosexuels en 1998, laisse craindre le pire. À ce titre, ce gouvernement est déjà le gouvernement du déshonneur. Cette présence concomitante d’homosexuels et d’homophobes au gouvernement pourrait donc en donner le ton : une ouverture de façade pour une politique extrêmement sécuritaire et conservatrice.

Les derniers gouvernements de droite nous ont laissé d’amers souvenirs : répression des sans-papiers par la multiplication des arrestations, des expulsions et l’instauration des lois Pasqua-Debré ; répression des précaires, gel des minima sociaux, Plan Juppé ; censure des campagnes de prévention du sida ; répression des usagers de drogues ; promesses non tenues en matière d’aide financière aux pays en voie de développement (les « 100 millions Balladur ») ; augmentation des incarcérations.

Les « vraies urgences »

Alain Juppé a indiqué mardi 30 avril que le nouveau gouvernement devra s’attaquer aux « vraies urgences ». Pour nous le sida en est une. Pourtant, il ne figurait pas dans le programme du candidat Chirac. Et il ne figure pas aujourd’hui dans les préoccupations affichées du nouveau gouvernement.

Nous n’oublions pas le passé. Nous n’oublions pas la violence des propos homophobes tenus lors des débats sur le PaCS au Parlement. Nous savons que ceux qui nous ont combattu hier nous combattront demain.

Pour Jacques Chirac, le « temps de l’action » est venu. Pour Act Up, le temps du combat continue.

 

Nous resterons vigilants. Nous ne laisserons rien passer.

Act Up zappe l’ambassade de Chine à Paris

Act Up zappe l'ambassade de Chine à Paris

Le 6 septembre dernier, le Bureau de la Sécurité d’Etat a confirmé l’emprisonnement de Wan Yanhai, leader de la lutte contre le sida en Chine. Son crime est d’avoir publié sur internet un rapport administratif décrivant la manière dont le gouvernement Chinois a sciemment contaminé des centaines de milliers de paysans par le virus du sida, en refusant d’investir dans la sécurité transfusionnelle. La crise sanitaire résultante implique directement les plus hauts responsables des autorités Chinoises dans la mesure où nombre d’entre eux sont des notables de l’industrie du sang.

Depuis que les Nations Unies ont publié en août un rapport particulièrement alarmant sur le développement de l’épidémie de VIH en Chine (le nombre de personnes contaminées décuplerait d’ici 2010), le gouvernement Chinois commence à reconnaître l’étendue de la crise, doublant la semaine dernière les statistiques officielles à 1 millions de personnes. Pourtant alors qu’il qualifie la crise sanitaire posée par le sida de “très dangereuse” et demande 90 millions d’euros d’aide internationale, dans les faits la politique que mène le gouvernement Chinois consiste à :

-  jeter les malades en prison ;
-  protéger des criminels d’Etat et leurs politiques de contamination ;
-  interdire la promotion du préservatif ;
-  interdire la production et l’importation de médicaments génériques abordables ;
-  ordonner aux médecins de ne pas informer les personnes dont le test VIH est positif de leur statut ;
-  fermer les centres de dépistage et de conseil des associations ;
-  fermer les lignes d’information téléphoniques sida des associations ;
-  discriminer l’accès aux services de protection de l’enfance des orphelins du sida ;
-  criminaliser l’usage de drogue (passible de la peine de mort en Chine) et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les usagers de drogue ;
-  criminaliser la prostitution et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les prostituéEs ;
-  nier l’existence des homosexuels en Chine et bloquer toutes les initiatives de prévention des contaminations et de contrôle de l’épidémie chez les homosexuels.

Act Up-Paris exige du gouvernement Chinois la libération immédiate de Wan Yanhai et le lancement immédiat d’un plan national de lutte contre le sida et de prise en charge médicale réaliste, en conformité avec les engagements pris par la Chine lors de la Session Spéciale de l’Assemblée des Nations Unies consacrée au Sida juin 2001.

Act Up-Paris exige des présidents Chirac et Prodi qu’ils se prononcent publiquement, et usent de toute leur influence diplomatique et économique, en vue d’obtenir du gouvernement Chinois la libération immédiate de Wan Yanhai.

L’OMC MENACE LA SURVIE DE 100 000 SEROPOSITIFS

L'OMC MENACE LA SURVIE DE 100 000 SEROPOSITIFS

Aujourd’hui à 10h, l’OMC a reçu la requête des USA contre le Brésil, et constitue actuellement un panel d’arbitrage pour juger de la conformité de la loi brésilienne sur la propriété intellectuelle avec les accords de l’OMC.

Le gouvernement de Mr Bush estime que cette loi, qui permet à 100 000 personnes atteintes du Sida de survivre avec des traitements antiviraux génériques, met en danger les brevets de ses compagnies pharmaceutiques.

C’est en effet cette loi qui permet au Brésil de copier et produire sept traitements antiviraux de marque depuis 1995 et de les distribuer gratuitement aux malades brésiliens pour un coût dix fois inférieur à celui proposé par les industries américaines. Cette loi autorise, conformément aux accords ” ADPIC ” sur la propriété intellectuelle, le recours aux rares exceptions à la règle de respect des brevets. Elle autorise la production, pour cause d’urgence sanitaire notamment, de médicaments normalement protégés par une licence, sans l’accord du propriétaire du brevet. Protégé par cette législation exemplaire, le Brésil pourrait poursuivre sa politique de soins gratuits aux personnes atteintes du Sida, et étendre sa production aux anti-prothéases, ces nouveaux traitements qui rendent les tri-thérapies plus efficaces.

La vie de plus de 100 000 personnes au Brésil, et celle de millions à venir qui pourraient bénéficier des capacités d’export ou de transfert de technologie du Brésil, est suspendue aux discussions de l’OMC.

Suite à l’appel d’une coordination de plus de cent ONG brésiliennes de lutte contre le Sida, ACT UP-PARIS met en garde l’OMC et ses experts contre les pressions des multinationales, qui ont conduit à cet événement sans précédent. Le cas du Brésil fera en effet jurisprudence.

ACT UP-PARIS dénonce les pressions des multinationales de la pharmacie sur le gouvernement américains, acheté avant son investiture à coût de millions de dollars : les multinationales ont en effet dépensé 1 milliard 700 millions de francs pour orienter les élections américaines !

ACT UP-PARIS dénonce les pressions meurtrières du gouvernement de Mr Bush sur l’Organisation Mondiale du Commerce, dont les lois ont été dictées par les mêmes intérêts qui conduisent aujourd’hui à mettre en danger la vie de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

ACT UP-PARIS appelle les dirigeants des principaux organismes internationaux chargés du développement et de la santé ONUSIDA, OMS, UNICEF, PNUD – à faire une déclaration en faveur de la protection de la loi brésilienne sur les brevets.…

contre Beljanski, pour les malades

contre Beljanski, pour les malades

Communiqué de presse publié par Act Up-Paris, AIDES et la Ligue contre le cancer

Le procès en appel de l’affaire Beljanski débutera mercredi 15 mai 2002 devant la 13ème Chambre de la Cour d’Appel de Paris. Mirko Beljanski a, pendant une dizaine d’années et jusqu’à son décès, développé et organisé la distribution de produits (RLB, BIOPARYL, PB 100 et PB 400) présentés comme « guérissant » du sida, du cancer et de la leucémie. Act Up-Paris, AIDES et la Ligue contre le cancer se sont portées partie civile afin de faire entendre l’intérêt des personnes malades, trompées par les produits Beljanski.

Le jugement de première instance rendu le 23 mai 2001 par la 17ème Chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Créteil :

  • a condamné une quinzaine de personnes pour exercice illégal de la pharmacie, absence d’autorisation d’un établissement de fabrication de médicaments, absence d’autorisation de mise sur le marché d’un produit présenté comme médicament, publicité illégale de médicaments, trompeuse ou de nature à porter atteinte à la protection de la santé publique, publicité illégale pour un médicament à usage humain non autorisé, non enregistré ou non conforme à l’autorisation de mise sur le marché, publicité auprès du public pour un médicament à usage humain sans visa de publicité, tromperie sur une marchandise entraînant un danger pour la santé de l’homme, et complicité de ces délits.
  • a en outre recevable les constitutions de partie civile d’Act Up-Paris, d’AIDES et de la Ligue contre le Cancer.

Défenseurs des intérêts des personnes malades, nous voulons rappeler que ces produits n’ont fait l’objet d’aucune autorisation de mise sur le marché. Ils ont été proposés à des patients sans test clinique, test de toxicité ou d’efficacité, présentés comme efficaces contre le sida et le cancer, à des prix exorbitants. L’arrêt des médicaments prescrits a également été demandé à certains. Les prévenus ont utilisé la situation tragique des malades du sida à une l’époque où peu de traitements efficaces existaient pour stopper la progression de la maladie, bafouant ainsi toutes les règles éthiques et scientifiques. Rappelons que la seule étude scientifique sur l’efficacité des produits Beljanski, réalisée sous l’égide de l’ANRS, a conclu à l’absence de propriétés actives, du moins à des doses supportables par l’être humain.

Nous attendons de ce procès en appel les confirmations :

  • de nos constitutions de partie civile, c’est à dire de la vocation de nos associations à intervenir dans des procédures judiciaires de ce type ;
  • des condamnations prononcées pour cette exploitation de la détresse de personnes atteintes de maladies incurables ; Enfin, ce procès devra faire taire le « clan » Beljanski, présentant cette procédure comme l’acharnement du système de santé français contre un « savant martyr » et contre des personnes malades que l’effet « placebo » des produits Beljanski a maintenu en vie.

Lettre ouverte des personnes atteintes par le VIH/SIDA aux Directeurs de l’OMS et de l’ONUSIDA

Lettre ouverte des personnes atteintes par le VIH/SIDA aux Directeurs de l'OMS et de l'ONUSIDA

Pour la première fois, les associations de malades du sida d’une quinzaine de pays s’unissent pour exiger des organismes internationaux la promotion de l’accès aux traitements préventifs des maladies liées au VIH.

Ce traitement, la prophylaxie par cotrimoxazole, protège contre un grand nombre d’infections opportunistes, au premier rang desquelles la pneumocystose et la toxoplasmose – on observe même un effet préventif contre la tuberculose et la malaria.

La prophylaxie cotrimoxazole est utilisé dans les pays développés depuis 1982. En Afrique, le cotrimoxazole est l’un des antibiotiques les plus disponibles et les moins chers. Pourtant, l’ONUSIDA et l’OMS traînent encore à promouvoir ce traitement pour les malades africains, alors que le SIDA est devenu le premier fléau du continent. Certains promoteurs d’essais publics continuent à comparer ce traitement à des placébos dans des essais conduits sur le sol africain!

Le texte de la lettre ouverte
La liste des signataires
L’article du Monde

Droit à la santé

Droit à la santé

Entre le droit des brevets et le droit à la santé, il faut désormais choisir.

Aujourd’hui, les pays du Sud ont la capacité de fabriquer des copies d’antirétroviraux à des prix largement inférieurs à ceux dictés par les grands laboratoires. Le Brésil, la Thaïlande, l’Inde en font la preuve. Parce que les accords internationaux sur le commerce autorisent des exceptions, ils peuvent, en théorie, développer une production et une exportation de masse :

seule alternative pour permettre l’adéquation entre le prix des médicaments et la capacité de paiement des pays. Pourtant, les multinationales pharmaceutiques usent de tous les moyens à leur disposition pour contrecarrer ces productions nationales et interdire la distribution de copies dans les pays pauvres. En toute impunité, ils détournent les lois et imposent la leur. Et de fait, les exceptions au droit des brevets sont inexploitables, là où elles devraient pourtant être la règle.

Ainsi, les grands laboratoires pharmaceutiques condamnent à mort 9 malades sur 10.

La propriété intellectuelle devrait permettre que l’exploitation commerciale des produits pharmaceutiques alimente un réinvestissement dans la recherche et assure l’accès du plus grand nombre aux innovations de la santé. Pourtant, les brevets ne garantissent qu’une chose : les profits d’une poignée de multinationales bénéficiant d’un monopole de 20 ans sur l’exploitation des médicaments, tandis qu’ils en restreignent l’accès aux seuls malades solvables.

Pour lutter contre le sida, il n’y a donc qu’une solution : abolir la propriété intellectuelle partout où elle tue.

A l’appel de : Act Up-Paris, Action Traitements , AITEC, ATTAC, Arcat Sida, CABIRIA, CGL, CNT, Degel, Dessine-moi un mouton, Diagonale Ile de France, Droits Devant ! , Envie, Fnh-vih, France Libertés Fondation Danielle Mitterrand, Handicap International, METIS, Observatoire de la Mondialisation, ODU, PASTT, Patchwork des Noms, PCF, Planet Africa, SAUTS, Sol en Si, Solidarité sida, SOS Homophobie, Survie, Turbulences 77, Les Verts, UNALS.

boycott des produits

boycott des produits

Act Up appelle au boycott des produits de Pharmacia & Upjohn, Trimeris-Roche, Gilead-NexStar et Abbott.

Près de 8000 patients séropositifs en France, et environ 50 000 en Europe sont en IMPASSE THÉRAPEUTIQUE.

Chez ces patients, des virus résiduels fait de virus mutants ont appris à déjouer les actions médicamenteuses. En moins de trois ans, ils ont retrouvé leur puissance pathogène pour détruire inexorablement tout le système immunitaire du patient.

Quatre molécules anti-VIH sont actuellement développées par quatre laboratoires pharmaceutiques, il s’agit respectivement de :

  • l’ABT 378 du laboratoire Abbott
  • le Tipranavir (PNU-140 690) du laboratoire Pharmacia & Upjohn
  • le PMPA (tenofovir) des laboratoires Gilead/NexStar
  • le T-20 (pentafuside) des laboratoires Trimeris/Roche

Ces quatre produits représentent la seule chance pour les patients résistants à tous traitements existants de voir leur état de santé se stabiliser et peut-être de s’améliorer. Mais pour cela, il faut impérativement qu’ils puissent recevoir en même temps au moins trois de ces nouvelles molécules, c’est à dire une vraie trithérapie faite de produits que leur virus n’a jamais rencontré.

Ces laboratoires refusent absolument de mettre ces médicaments à disposition en octroi compassionnel et de façon concomitante. Ils refusent toute concertation constructive avec les associations de séropositifs, ainsi qu’avec les agences sanitaires.

C’est pourquoi nous avons décidé de boycotter les produits de ces quatre laboratoires pour lesquels ils existent des produits équivalents.

Nous ne pouvons plus attendre et nous plier aux délais imposés par ces firmes. Depuis un an, nous exigeons une accélération de la mise à disposition de nouveaux produits dans l’indifférence totale. Pendant ce temps, des malades sont en échappement thérapeutique et n’ont aucune possibilité d’obtenir de nouveaux traitements, qui pourraient ralentir l’évolution de leur maladie.

Nous exigeons de ces laboratoires :

  • qu’ils mettent à disposition sans délai et en compassionnel leurs molécules pour les 50 000 séropositifs en échec de leurs traitements en Europe, dont 8 000 en France ;
  • qu’ils harmonisent leurs rythmes de production, afin que les médecins puissent prescrire d’emblée une trithérapie de produits nouveaux à leurs patients en impasse thérapeutique (et non un seul nouveau médicament qui favorisera l’apparition de résistances médicamenteuses).

Réagissez avec nous, exprimez votre indignation, boycottez les médicaments de ces laboratoires.

Copy link
Powered by Social Snap